Petit nombril, que mon penser adore

0
3

Petit nombril, que mon penser adore,
Et non mon oeil qui n’eut onques le bien
De te voir nu, et qui mérites bien
Que quelque ville on te bâtisse encore ;

Signe amoureux, duquel Amour s’honore,
Représentant l’Androgyne lien,
Combien et toi, mon mignon, et combien
Tes flancs jumeaux folâtrement j’honore !

Ni ce beau chef, ni ces yeux, ni ce front,
Ni ce doux ris ; ni cette main qui fond
Mon coeur en source, et de pleurs me fait riche,

Ne me sauraient de leur beau contenter,
Sans espérer quelquefois de tâter
Ton paradis, où mon plaisir se niche.

Rate this post
Previous articleStances
Next articleQuand au temple nous serons

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here