Sonnet

0
3

Le matin, dès mon œil ouvert,
J’ouvre mon huis et je regarde
Si par hasard ou par mégarde
Je ne vois pas le Printemps vert?

Mais non. Le même ciel qu’hier,
Terne comme un paquet de hardes ;
Il vente, il pleut des hallebardes :
Merde ! c’est encore l’hiver.

Eh bien ! que le diable m’emporte
Si pendant qu’il hurle à ma porte
Je ne fais au coin de mon feu,

En dépit de ces jours moroses,
Quelques rimes sur le ciel bleu,
Sur le Printemps et sur les roses.

Rate this post
Previous articleLa Lune
Next articleÔ vin !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here